Bruno Mantel éleveur d’abeilles

Chef d’exploitation agricole, Bruno Mantel exerce un métier rare : apiculteur. 

Professionnel depuis le 1er janvier 2015. Beaucoup d’autres, des amateurs, possèdent quelque ruches tout en exerçant une  activité professionnelle à temps plein. Bruno Mantel, lui, a franchi le seuil des 200 ruches.

Il juge « encourageante » sa première année d’installation : une bonne production de miel et beaucoup d’abeilles. Cette année, l’Airois vise 300 colonies. Pourtant ses études traçaient une toute autre voie.

À la Maison familiale rurale (MFR) de Campagne-les-Boulonnais, il suit un Brevet d’études professionnelles agricoles (Bepa) élevage équin. Il a 16 ans. Deux ans après, il s’oriente vers un baccalauréat Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant (STAV) à l’Institut agricole d’Hazebrouck. Dans ce cadre, il entame un stage de plusieurs semaines chez un apiculteur professionnel installé à Marchiennes (Nord). Le bachelier poursuit avec un brevet de technicien supérieur (BTS) Analyse, conduite et stratégie de l’entreprise agricole (ACSE), toujours à l’Institut d’Hazebrouck.

Une première ruche 

à 15 ans

Sa passion des abeilles finalement prend le dessus. Sa première ruche, il l’obtient à l’âge de 15 ans. « J’ai toujours été fasciné par les abeilles : la vie en société, la hiérarchie au sein d’une ruche… » Ses grands-parents sont agriculteurs à Rebecques, à Reclinghem. Dans ce village, Benoît Petit, apiculteur amateur, lui inculque définitivement le virus de l’apiculture. Le jardin de la grand-mère de Bruno Mantel accueille les premières ruches. Leur nombre grandit au fur et à mesure de sa détermination.

Entre dix et vingt durant l’année du bac. Une trentaine en 2004-2015. « J’y suis allé progressivement car il fallait acquérir de l’expérience, et assurer la reproduction. » Il constitue son cheptel : 70 colonies en 2011, 250 en 2015…

Elles produisent du miel de printemps (autour d’Aire-sur-la-Lys), des miels d’acacia (après une transhumance dans l’Aisne), de tilleul (dans l’Oise) et du toutes fleurs (en forêt de Senlis). Cet apiculteur a choisi la race d’abeilles Buckfast.

Passionné, il s’implique au sein de l’association des Apiculteurs professionnels en Pays du Nord. L’APPNP aide les jeunes en cours d’installation, guide avec des formations techniques de perfectionnement, propose des voyages d’étude et des formules d’achat groupé. S’appuyant tout autant sur un terroir, la production de
Bruno Mantel séduit les consommateurs à la recherche de produits locaux, naturels et artisanaux.

Auteur :
Mots-clés : , , , , , , , , ,