Les fédérations départementales de Groupama en assemblées générales

Une année 2015 solide pour Groupama Nord-Est, des perspectives d’innovations en 2016

Groupama Nord-Est s’attache en permanence à innover via de nouvelles offres et des réponses assurantielles modernes. Un bon moyen d’anticiper les attentes de ses sociétaires, particulièrement sur le volet du digital et des objets connectés.

Premier assureur de l’agriculture, premier assureur en santé individuelle, premier assureur des collectivités locales, 2ème assureur habitation… Si Groupama assume au niveau national une position de leader sur les métiers de l’assurance, Groupama Nord-Est contribue fortement à cette dynamique sur son territoire (du Nord à l’Aube) dans un contexte économique que l’on sait pourtant complexe.

De bons résultats

L’assemblée générale départementale du Pas-de-Calais, mercredi 10 février à Vimy, a permis de mettre en évidence de bons résultats dans un environnement toujours incertain avec une croissance à minima et une réglementation en perpétuelle évolution. A la clef, de nouvelles attentes de la part de consommateurs dans le domaine digital, mais toujours soucieux de bénéficier d’une réponse de proximité.

Patricia Lavocat Gonzales, directrice générale de Groupama Nord-Est, entend aller encore plus loin dans le domaine de la qualité de service pour fidéliser les sociétaires et en attirer de nouveaux à rejoindre Groupama.

Le pari de l’innovation

Collaborateurs, élus et sociétaires ont dernièrement témoigné de leur attachement à leur territoire au travers d’une pétillante campagne de communication lancée sur les réseaux sociaux. Objectif de celle-ci : montrer la dynamique de Groupama. L’entreprise mutualiste multiplie les initiatives de terrain. C’est ainsi qu’elle a signé un partenariat avec la Ferme 112, près de Reims, pour tester, par exemple, de nouvelles méthodes d’expertise par drone, mais aussi anticiper les évolutions des machines et matériels agricoles. Une manière, par l’innovation , de rappeler la volonté de Groupama d’être « l’assureur de tous les agriculteurs et de toutes les agricultures ».

C’est avec le même souci de mettre en exergue les savoir-faire locaux qu’est né le réseau social Granvillage, permettant de valoriser auprès des consommateurs l’offre de plus de 1000 producteurs. Cette proximité assumée, Groupama la complète d’une offre résolument multi-canal via des applications dédiées ou des innovations digitales (Toujours là pour moi, Box Habitation, Clim@ts Internet, signature électronique, etc.).

Au niveau des perspectives, si Groupama Nord-Est veut conforter sa position de leader au niveau agricole,  elle affiche aussi de fortes ambitions pour être, demain encore plus qu’aujourd’hui, un acteur majeur auprès des artisans, commerçants, professions libérales.

C’est pour assumer ses ambitions et pouvoir renforcer sa solidité financière que l’entreprise mutualiste commercialisera des certificats mutualistes au 1er juin (l’assemblée générale régionale se prononcera sur ce projet le 15 avril prochain).

Et dans le Nord

Un grand nombre de sociétaires de Groupama 59 se sont retrouvés à Marcq-en-Baroeul pour l’assemblée générale annuelle, sous la présidence de Jean-Pierre Decool. 

Se trouvaient sous les feux de la rampe pour répondre devant l’auditoire aux questions de Jean-Pierre Decool : Laurent Poupart, président de Groupama Nord-Est depuis avril de cette année, Patricia Lavocat-Gonzales, directrice générale de Groupama Nord-Est, et Laurence Bauduin, directrice du Nord depuis juillet dernier.

Furent d’abord mis en avant les changements de fonds, qui concernent toutes les sociétés d’assurances, au niveau européen dans la gestion des assurances. Patricia Lavocat reconnait qu’il va y avoir « un bouleversement dans la façon de piloter nos entreprises de telle façon que chacune de nos activités pourra facilement être repérée, ainsi que les facteurs de risques qui en découleraient. » La directrice générale se fait rassurante en expliquant que la réactivité du groupe s’est traduite rapidement, depuis plusieurs mois, par des contrôles internes.

Il sera question ensuite de la politique de Groupama en tant que gestionnaire financier. La politique actuelle, compte-tenu de l’économie mondiale, est de se réorienter vers les obligations d’Etat, qui certes présentent moins de risques mais génèrent moins de profits.

Parlant ensuite du « Contrat-Socle » placé sous l’égide du ministère de l’Agriculture, lancé en 2015, pour lequel le Nord était département-pilote, il permet, compte-tenu d’un environnement climatique de plus en plus exposé aux calamités – et du fait que les anciens produits d’assurances n’étaient plus conformes à la réalité – de protéger au maximum les coûts financiers liés aux mauvaises récoltes et de protéger ainsi tous les intervenants des exploitations et filières agricoles. A signaler que ce contrat est personnalisable par des garanties complémentaires éventuelles permettant de retrouver un niveau de prestations équivalent aux contrats antérieurs proposés.

Le contrat socle sera subventionné à hauteur de 65% (1er niveau de couverture) et de 45% pour les garanties complémentaires dès lors qu’elles sont compatibles avec la réglementation européenne (2ème  niveau). Un troisième niveau de garanties non subventionné sera également offert.

Jean-Pierre Decool posant la question du pourquoi de ce nouveau contrat en dehors des risques climatiques, Patricia Lavocat-Gonzales rappelait les quatre axes majeurs qui sont « d’enchanter nos sociétaires, conforter notre portefeuille, séduire de nouveaux clients et présenter l’engagement de notre société comme indissociable de notre métier d’assureur. »

1er assureur
du monde agricole

Laurent Poupard, pour le national, a rappelé que le groupe Groupama est le 1er assureur du monde agricole, le 1er en matière de santé, le 2ème en habitation, 2ème en prévoyance et le 4ème pour les collectivités et les automobiles.

Selon Madame Lavocat-Gonzales, le chiffre d’affaires Nord-Est a accusé un léger tassement, dû au fait que les cotisations des agriculteurs sont proportionnelles aux prix des céréales, et que celles-ci ont connu l’an dernier de fortes baisses. Mais le Groupe est en progression si on enlève cette part de marché, puisque Groupama a enregistré 1 million d’euros en plus pour les assurances, avec des résiliations en baisse de 1 million d’euros. Certes, le rapport sinistres/cotisations est plus important cette année : 61,1% en 2015 contre 59,9% en 2014 mais il reste malgré tout de même un très bon chiffre.

Laurence Baudin a évoqué les différentes actions de Groupama : en interne d’abord avec la Complémentaire Santé à l’ensemble des salariés, une opération
« 11 000 sourires » qui consistait pour l’ensemble du personnel à contacter un maximum de clients permettant les  mises à jour de 5000 fiches-clients. Le challenge était que Groupama, à chaque contact a versé 1€ à une association d’aide à l’enfance.

L’assemblée générale s’est poursuivie avec les questions posées par les sociétaires, dont bon nombre issus du monde agricole.

Auteur :
Mots-clés : , , , , ,