Oxygen Conseil élevage en réflexion sur l’éleveur de demain

Crise économique, volatilité des prix : la concurrence est difficile pour les éleveurs laitiers. Oxygen Conseil Elevage tente d’aider au mieux les exploitations.

 

La tendance naturelle serait de baisser les bras et de faire des choix purement économiques quand on le peut et de délaisser la production laitière. Mais ce choix ne serait pas cohérent au vu des investissements réalisé »,  lance Bernard Quandalle, président de l’association.
Cette année, l’association  va veiller à offrir un maximum de service aux adhérents. Déjà, depuis janvier, les différents agents disposent de nouvelles tablettes numériques plus performantes pour réaliser les pesés.
L’’association travaille aussi sur le sujet des émissions de carbone. « C’est un réel challenge, mais nous sommes actuellement en étude afin de résoudre cette problématique », précise Laurent Ferry, directeur.
En ce qui concerne les services de nutrition, l’association réalise toujours un suivi matière sèche maïs, un suivi du tamisage maïs, l’analyse de fourrage. « Pour aller plus loin, nous avons mis en place un nouveau service le Top’alim qui est un audit complet pour optimiser et valoriser la ration distribuée »,  explique Jérôme Larcelet, responsable du pôle nutrition.
« Côté économie, nous allons proposer cette année un outil « coût de production » afin de définir le bon coût pour les différentes exploitations », déclare Olivier Pasquier.
Le président a indiqué que, « notre conseil élargi d’Opti-Oxygen, dans le cadre de deux séminaires en 2015, a mené une grosse réflexion sur :
« Quel accompagnement pour les éleveur de demain ? » Les conclusions de ces réflexions nous entraînent inévitablement vers une remise en cause profonde de nos habitudes. Notre encadrement va dès ce soir se mettre au vert pour imaginer de nouveaux concepts qui auront pour seul objectif l’aide à la rentabilité des élevages, qu’elle soit organisationnelle, informatique, nouveau indicateurs… »

Les solutions
d’André Bonnard
André Bonnard, producteur de lait dans le département de la Loire, associé coopérateur de la Coopérative Sodiaal et secrétaire général de la FNPL (Fédération Nationale des producteurs de lait), invité de l’assemblée générale, est intervenu sur le thème de la crise de l’élevage.
« Oui, on est dans la crise, mais on est pas tout seul et nous sommes pas les plus mal placés », lance André Bonnard.
Pour la profession, André Bonnard a plusieurs pistes pour améliorer les conditions des éleveurs. « Il y a une piste d’assurance collective qui assure un revenu au cas ou le prix descend en dessous d’un certain seuil. Cependant tout le monde n’est pas d’accord et certains souhaitent une assurance individuelle. »
Il a aussi avancé une autre piste en ce qui concerne les marchés. « Il faudrait que les éleveurs soit trans-Europe, mais avec plusieurs opérateurs. Un seul opérateur n’est pas la solution, car c’est le meilleur moyen pour qu’il s’endorme. »

Auteur :
Mots-clés :