Pomme de terre : des conditions de marché européen équilibrées

Le NEPG (1) a publié, le 6 octobre, un nouveau communiqué affinant ses estimations de production de pomme de terre de consommation (hors féculerie et plants) dans les grands pays producteurs du Nord-Ouest de l’U.E. Par rapport à ses estimations de début septembre et avant les dernières données qui seront disponibles dans 5 ou 6 semaines, le NEPG a revu en légère hausse ses prévisions de rendement pour l’ensemble de sa zone d’influence les portant de 46,5 à 47,1 t/ha. On est encore très éloigné des exceptionnels 52,1 t/ha de l’an dernier et de la pléthore qu’ils avaient provoquée en s’ajoutant à la progression des surfaces. Cette année, les superficies plantées seraient de 527 110 ha, 3,7 % de moins que la dernière campagne et 1,3 % de moins que la moyenne quinquennale. Les prévisions de production pour les 5 pays ont été légèrement corrigées en hausse (+ 300 0000 t) par rapport à septembre, à 24,8 Mt (dont 5,2 Mt pour la France), en repli de 13 % (-13,8 % pour la France) sur l’an dernier. Le NEPG considère qu’avec ces chiffres, l’ambiance et les perspectives de marché, dans sa zone continentale, sont plutôt bonnes, notamment avec d’intéressantes perspectives de demande de la part de l’industrie de transformation et de l’exportation. Les prix actuels illustrent le considérable redressement du marché après l’effondrement de l’an dernier. Ainsi, les diverses variétés courantes, sur le marché du frais, se négocient au stade départ région de production, autour de 300 €/t, contre 125 € il y a un an, rejoignant les niveaux de 2013, et la valeur de la bintje pour l’industrie a décuplé par rapport à 2014, à 120 € !

  • Groupe des 5 principaux producteurs du Nord-Ouest de l’UE : Allemagne, Belgique, France, Grande Bretagne, Pays-Bas

Auteur :