Produits laitiers chez La Carte à Meuh

 Seule exploitation agricole du Sud Artois à transformer son lait, la Carte à Meuh joue la carte de la diversification.

Avec son beau cheptel de vaches laitières Prim’Holstein pour une surface de 70 ha, le GAEC des 3 moulins ressemble aux exploitations alentours, à un détail près : 220 000 litres de lait sont transformés en produits laitiers. C’est grâce aux activités de transformation et de vente directe qu’Emmanuel Huret a pu s’installer avec ses parents en 2003.

23 yaourts différents

Marcel Huret, le papa d’Emmanuel, est chargé de la gestion du troupeau et des cultures fourragères : 70 ha de maïs ensilage et de blé destinés à l’alimentation du troupeau. De mars à octobre, les laitières profitent des 10 ha de prairies permanentes.  Emmanuel, s’il participe à la traite, consacre la plupart de son temps à la transformation et à la vente. La Carte à Meuh produit une diversité impressionnante de produits laitiers : rien que 23 sortes de yaourts aromatisés, mais aussi avec de vrais morceaux de fruits. Beurre doux et demi-sel, lait battu ou pasteurisé, crème fraîche et fromage blanc viennent compléter la gamme. « Au magasin, je ne vends qu’aux particuliers. Cela représente 30 % de ma production », explique-t-il. Le reste de ses produits est vendu à des grandes surfaces, des collectivités ou au sein de groupements de producteurs comme La Ruche qui dit Oui
(cf encadré).

Magasin de proximité 

La clientèle du magasin, habitants de Bucquoy et des villages alentours est fidèle. Emmanuel a diversifié les produits vendus en proposant également des légumes et d’autres produits du terroir. La vente directe permet de pallier aux variations du prix du lait, puisque il reste encore 650 000 litres de lait vendus à la laiterie.

La qualité pour tous

Emmanuel Huret met un point d’honneur à proposer des produits de qualité et accessibles à tous : les yaourts sont vendus 0,60€ pièce. Ils répondent à des normes strictes dont le contrôle est effectué chaque trimestre par la Chambre d’Agriculture. Et le résultat est là, tous bénéficient du label Saveur en’Or et de l’agrément européen CE, un gage de qualité qui permet à l’exploitant de vendre ses produits à travers toute l’Europe. Ce qu’Emmanuel préfère dans son métier, c’est le contact avec les clients. Un jour par semaine, il livre ses produits à une quinzaine de clients. « On a des échanges enrichissants, et cela permet de voir autre chose que les vaches ! »

De grands changements sont à prévoir sur la ferme puisque Marcel et Nicole Huret prennent bientôt leur retraite. Heureusement, l’épouse d’Emmanuel, Audrey, devrait le rejoindre. La répartition des tâches est destinée à changer.
« Ce sera probablement Audrey qui gèrera la vente directe… Je vais devoir me replonger dans la conduite des cultures ! »

Auteur :
Mots-clés : , , ,