Un tour d’horizon à défaut de voeux

IMG_2400

Jean-Bernard Bayard a développé les perspectives agricoles régionales des prochaines années.

Le décision n’a pas été prise facilement, mais Jean-Bernard Bayard n’a pas hésité à annuler les voeux de la Chambre d’agriculture, prévus le vendredi 22 janvier.  « Même si cela me gêne, car les voeux sont toujours un moment d’échange avec nos partenaires : élus, représentants de l’Etat, de la profession, etc. » Mais face à la faiblesse du nombre d’isncrits, le président de l’organisme consulaire a préféré jouer la prudence. Ce moment de convialité a donc été remplacé par un échange avec la presse sur l’actualité agricole du moment.

La nouvelle
Grande Région

Face à certains blocages, nous n’avons pas pu bâtir une seule Chambre de région. Il y a aura donc 5 chambres départementales, conformément à la loi, ce qui nous oblige à «démonter» notre Chambre Nord-pas de Calais pour la transformer en chambre interdépartementale Nord et Pas-de-Calais. Avec cette organisation, nous allons avoir 5 budgets dans le Nord-Pas de Calais – Picardie : celui de la Chambre interdépartementale, celui de la Chambre régionale, et ceux des 3 chambres départementales de l’ex-Picardie. Avec 5 pilotages, 5 directions… Lille sera le siège social de la Chambre de région.

Les perspectives
de développement

Sur le nouveau périmètre régional, nous totalisons 27 300 exploitations, sur 2,1 millions d’hectares de SAU. La filière agricole versus Grande Région emploie plus de 130 000 personnes, soit 6% des actifs. Les exportations agricoles et agroalimentaires représentent 7,7 milliards d’euros, et nous sommes la première région de France pour la valeur ajoutée à l’hectare. Autour de nous, il y a un bassin de consommation de 300 millions d’habitants, c’est une formidable opportunité pour notre agriculture locale.

L’innovation
en agriculture

Elle concerne tous les secteurs, sous tous les aspects du métier. L’agriculture se doit d’être la plus ouverte possible. Par exemple, la Chambre d’agrioculture, au travers du pôle Légumes à Lorgies, a investi avec d’autres partenaires dans un robot bineur Anatis qui détecte les mauvaises herbes, analyse l’évolution de la plante, détecte les maladies. De même, la Chambre d’agriculture a acheté un appareil destiné à mesurer la valeur des éléments des rations d’élevage. Cela permet à l’exploitant d’optimiser l’alimentation de son bétail. Et nous avons également soutenu le projet de Cueillette Nomade, une structure agricole qui produit du… dentifrice.
Pour la méthanisation, nous avons déjà 11 ou 12 sites agricoles en fonctionnement, 2 en construction et une trentaine en projet. Nous voulons devenir la première région européenne d’injection de gaz dans les tuyaux. Pour les biomatériaux, nous sommes encore dans des phases d’expérimentation, notamment par l’injection de fibres dans des plastiques.

Le canal
Seine Nord

Ce canal ne doit pas être une simple autoroute fluviale, il doit y avoir des activités à côté. Ce qui suppose donc une consommation de foncier agricole.

Terres en Fête

La manifestation se tiendra du 3 au 5 juin. Nous avons 10% des inscrits actuels qui n’y ont jamais participé. Grâce à de nouveaux aménagements, nous aurons davantage de stands. Pour nous, Terres en Fête doit rester un salon grand public, mais avec une partie professionnelle.

Propos recueillis par Pascal Friang

Auteur :
Mots-clés :