Valoriser le bâti rural pour créer de l’emploi

La Safer soutient l’installation de jeunes agriculteurs, mais pas seulement afin de dynamiser le milieu rural. Elle aide les porteurs de projets agricoles de tout type à trouver la propriété qui leur convient.

Il y a dans la région Nord – Pas de Calais des propriétés qui ont perdu leur usage agricole ou qui risquent de le perdre. Ce sont le plus souvent des corps de ferme, avec leur maison d’habitation et leurs dépendances, entourés de quelques hectares de terres. En même temps, de nombreux porteurs de projet sont à la recherche de biens disposant d’espaces couverts et découverts en vue de s’établir et de développer une activité agricole, de dynamiser l’espace rural comme des gîtes ruraux, petits élevage, accueil à la ferme…
Faire se rencontrer l’offre et la demande
Pour permettre la rencontre entre cette offre et cette demande, la Safer renforce aujourd’hui ses actions dans le domaine de la valorisation du bâti rural. Il s’agit pour elle de veiller à dynamiser les campagnes, que ce soit à travers l’installation de jeunes agriculteurs ciblant des activités peu consommatrices de surface (maraichage, plantes aromatiques, élevage de poules, apiculture…) ou la création d’entreprises aussi diverses que des centres équestres, des gîtes ruraux, de l’agrotourisme, de l’artisanat… Le principal est de maintenir ou de créer, localement, une activité. Les propriétaires vendeurs de la région sont invités à contacter la Safer, qui se chargera de publier une annonce sur son site www.propriétés-rurales.com, après avoir validé le potentiel et le prix du bien.
Un jeune, accompagné par la Safer, s’installe comme éleveur de poules à Mazinghien
Olivier Boulon vient de s’installer à Mazinghien (59), au Sud de Le Cateau-Cambrésis, où il a acheté un corps de ferme avec une maison d’habitation, des dépendances et deux hectares de terres, pour y créer un élevage de poules. Agé de 21 ans, il est titulaire d’un baccalauréat STAV et d’un BTS ACSE acquis en alternance. « J’avais ce projet en tête, confie-t-il. Je me suis inscrit sur le site où j’ai donné des indications sur l’exploitation que je souhaitais créer. J’ai reçu des offres. Ce qui m’a amené à visiter avec le conseiller Safer la propriété que j’ai retenue ».
Il poursuit : « J’ai été accompagné par la Safer dans l’ensemble de mes démarches d’achat et de création d’entreprise agricole. En particulier, le conseiller a vérifié auprès de la mairie et de la DDTM que je pourrai ajouter des bâtiments. Il a sécurisé mon achat et m’a mis en contact avec les bonnes personnes ». Le jeune éleveur démarre tout juste sa production en utilisant l’ancien bâtiment d’élevage porcin. « Puis je vais faire construire un bâtiment de 72 m2 pour installer un laboratoire, une chambre froide et un petit magasin, et j’ajouterai trois poulaillers de 60 m2 , précise-t-il ». Voilà un beau projet, créateur d’activité, qui prend corps avec un jeune plein d’ambition.

Auteur :
Mots-clés : ,